Koinobori : de la fête des enfants au stylo-plume Koi no Takinobori.

Koi no Takinobori est le nouveau stylo-plume maki-e de l’artiste Maki-e Ikki Moroike. Il s’inscrit dans une série de 4 stylos à paraître sur le thème de la nature et des chutes d’eau. Le premier qui sort en septembre 2016, s’appuie sur une légende et une fête très célèbre au japon.

La fête des enfants le 5 mai :

Koinobori en japonais signifie « banderole ou serpentin de poisson Koi (carpe) ». Ce sont des manches à air en forme de poisson. La tradition au Japon veut que chaque famille mette en place ces manches à air en forme de poisson pour célébrer « le Jour des Enfants » (Kodomo no Hi). Cette fête nationale est célébrée le 5 mai de chaque année et clôture la semaine dite de la « Golden Week » durant laquelle tous les travailleurs japonais prennent un congé en général de 9 à 10 jours. Ainsi, de fin avril à début mai, tout le Japon déploie dans les villes et les campagnes les Koinobori.

koinobori_noirTypiquement le Koinobori est un mât en haut duquel tourne une sphère éolienne. Il y a juste en dessous deux roues avec des flèches en place des rayons. Puis ce sont les manches à air en forme de poisson qui sont présentes et dans un ordre bien particulier. Le poisson noir représente le père, le poisson rouge plus petit représentait le fils ainé mais à présent, le deuxième poisson représente la mère. Puis les autres poissons représentent les enfants du plus âgé au plus petit.

Initialement Koinobori était le jour des garçons (5 mai). La carpe Koi était choisie comme symbole car elle symbolisait la puissance, la force et le pouvoir ainsi que la spiritualité. Il y eut aussi un jour pour la fête des filles (3 mai), puis le gouvernement japonais en 1948 regroupa ces deux fêtes en une pour célébrer la fête des enfants le 5 mai.

La légende de Koinobori :

Plusieurs versions co-existent mais toutes sont basées sur une très ancienne légende chinoise. En voici une version :

Il y a très longtemps, dans des temps très anciens et avant que l’histoire des hommes ne soit contée, un groupe énorme de plusieurs milliers de poissons Koi remontaient le fleuve Jaune en Chine. Les couleurs de leurs muscles au soleil renvoyaient des milliers de reflets semblables à des milliers de diamants. Toute la remontée du fleuve se passait bien avant que les poissons Koi n’arrivent devant une chute d’eau. Immédiatement un nombre important fit demi-tour trouvant plus simple et facile de nager avec le courant.

Mais un groupe de 360 poissons Koi resta sur place. Ils s’essayèrent à bondir sans cesse jusqu’à atteindre leurs limites et l’épuisement de leurs forces. Toujours à bondir pour essayer d’atteindre le haut de la chute, le vacarme créé par leurs sauts incessants attira l’attention des démons locaux qui riaient aux éclats de voir tant d’efforts vains. Avec cruauté, les démons ajoutèrent encore au pathétisme de ce spectacle en augmentant la hauteur de la chute d’eau. Mais les poissons Koi refusèrent d’abandonner. Mieux encore, sans se décourager, ils continuèrent leurs efforts pendant plus d’un siècle.

Enfin, dans un bond héroïque, un poisson Koi arriva en haut des chutes. Les Dieux sourirent avec reconnaissance pour ce qui avait été accompli et transformèrent le Koi en un Dragon brillant de couleur or. Le Dragon passa alors ses journées à rechercher les perles de sagesse dans le ciel devenu paradis éternel. A chaque fois qu’un nouveau poisson Koi réussit le passage des chutes d’eau, il devient lui aussi un Dragon Céleste.

Les chutes sont devenues le passage des Dragons. Et par leurs qualités de persévérance et endurance, les poissons Koi sont devenus le symbole de l’adversité et de l’accomplissement de la destinée et chacun.

Le stylo-plume Koi no Takinobori :

Close up Koi

La page du Koi no Takinobori >>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *