La technique du Saya-nuri appliquée par Wataru Kurotobe

La technique du Saya-nuri, ou Kawari-nuri, a été utilisée par l’artiste maki-e Wataru Kurotobe avec des variations techniques et esthétiques assez étonnantes. Le style qui en résulte donne une approche très contemporaine du maki-e et une représentation très symbolique des scènes de nature, essentiellement sur le thème de l’aube et de l’aurore et plus récemment des galaxies et du soleil.

Le Saya-nuri ou Kawari-nuri aurait ses origines loin dans la période Edo (1615 – 1868) quand les artisans locaux utilisaient ces techniques pour décorer les fourreaux de leurs sabres et les représenter de façon nettement différente de ce qui se faisait par ailleurs. Avec l’interdiction de porter des sabres en 1876, ces techniques d’utilisation de la laque urushi ont été appliquées sur d’autres objets.

Voici à présent pour chaque stylo-plume réalisé, un petit résumé des principales étapes techniques : (les modèles les plus récents sont en fin d’article).

Saya-nuri sur le Le Kurenai :

Kurenai
Kurenai : Crépuscule sur la Forêt
  1. Sur le corps en ébonite, plusieurs couches de laque noire sont posées pour servir de substrat aux autres décorations à venir. En premier lieu, ce sont les petites plaques de raden (nacre d’ormeaux) qui sont posées en premier sur les couches de laques noires ; elles sont en effet assez épaisses pour déborder ensuite de toutes les autres couches de laque à venir.
  2. L’artiste applique ensuite un dégradé de 4 couleurs différentes de laque urushi. voici ci-dessous le schéma pour représenter cette étape :

    Kurenai_before
    Kurenai : les sous-couches de laque. (cliquez pour agrandir)
  3. Sur ce dégradé, l’artiste applique une gomme qui l’enroule autour du stylo en faisant des lignes et des cercles. Cette gomme est un masque qui sera ensuite retiré.
  4. Application d’un nouveau dégradé de 3 couleurs violet – rouge – grenat (ce sont les couleurs dominantes que l’on voir sur le Kurenai)
  5. La gomme qui faisait office de masque est enlevée. Le stylo-plume reçoit de nouvelles couches de laque transparentes qui font office de vernis.

Saya-nuri sur le Kai :

kop_kai
Kai : l’Aube sur l’Océan
  1. Sur le corps en ébonite, plusieurs couches de laque noire sont posées pour servir de substrat aux autres décorations à venir. En premier lieu, ce sont les petites plaques de raden (nacre d’ormeaux) qui sont posées en premier sur les couches de laques noires ; elles sont en effet assez épaisses pour déborder ensuite de toutes les autres couches de laque à venir.
  2. L’artiste applique ensuite un dégradé de 4 couleurs différentes de laque urushi. voici ci-dessous le schéma pour représenter cette étape :

    cliquez pour agrandir
    Kai : les sous-couches de laque. (cliquer pour agrandir
  3. Sur ce dégradé, l’artiste applique une gomme qui l’enroule autour du stylo en faisant des lignes et des cercles. Cette gomme est un masque qui sera ensuite retiré.
  4. Application d’un nouveau dégradé violet – vert – ocre – vert – violet (ce sont les couleurs dominantes que l’on voir sur le Kai).
  5. La gomme qui faisait office de masque est enlevée. Le stylo-plume reçoit de nouvelles couches de laque transparentes qui font office de vernis.

Saya-nuri sur le Yu-unami :

kop_yunami
Yuunami : Crépuscule sur l’Océan
  1. Sur le corps en ébonite, plusieurs couches de laque noire sont posées pour servir de substrat aux autres décorations à venir. Il n’y a pas d’incrustation de raden sur ce modèle.
  2. On applique un dégradé de 3 couleurs de laque urushi : GRENAT – ROUGE – ROSE avec la technique Hakeme-nuri (gros pinceau voire peigne et laque urushi épaisse pour créer le relief).
  3. Application des feuilles d’or (gold leaf) pour symboliser les reflets du soleil.
  4. Sur tout le stylo, nouvelle couche de laque ROUGE ; à ce stade, le stylo est complètement recouvert de rouge.
  5. Ponçage partiel du rouge pour laisser apparaître les couches primaires ainsi que l’or. Puis à nouveau laques finales en vernis.

Saya-nuri sur le Asa-tsuyu :

kop_asatsuyu
Yu-unami : Rosée du Matin
  1. Sur le corps en ébonite, plusieurs couches de laque noire sont posées pour servir de substrat aux autres décorations à venir. En premier lieu, ce sont les petites plaques de raden (nacre d’ormeaux) qui sont posées en premier sur les couches de laques noires ; elles sont en effet assez épaisses pour déborder ensuite de toutes les autres couches de laque à venir.
  2. On applique un dégradé de 3 couleurs de laque urushi : VIOLET – VERT – BLANC (vert blanc) avec la technique Hakeme-nuri (gros pinceau voire peigne et laque urushi épaisse pour créer le relief).
  3. sur tout le stylo, nouvelle couche de laque VERT FONCE ; à ce stade, le stylo est complètement recouvert de VERT FONCE.
  4. Des pastilles rondes d’argent sont posées sur le stylo pour symboliser la rosée ; puis à nouveau laques finales en vernis.

Saya-nuri sur le Uchu et le Youkou :

Les techniques sont quasiment identiques à celles utilisées pour le Yuunami et le Asa-tsuyu, notamment l’utilisation du Hakeme-nuri (gros pinceau voire peigne et laque urushi épaisse pour créer le relief).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.