Techniques maki-e principales dans les modèles de Ikki Moroike

L’article suivant présente les principales techniques maki-e utilisées pour les stylos-plume Saisons sous les Etoiles ainsi que la nouvelle série Chutes d’eau et Nature. Les illustrations sont issues du modèle « l’Hiver sous les Etoiles » mais s’appliquent tout à fait aux autres modèles de la série.

Les trois principales techniques maki-e utilisées par l’artiste Ikki Moroike

Il combine trois des plus minutieuses techniques de l’art du maki-e : « Taka-maki-e », le polissage le plus luxueux : « Togidashi-maki-e » et enfin le « Shishiai-maki-e »

1 – Taka-maki-e :

Généralités : « Taka » signifie « élevé, haut » et désigne ici un décor en relief. Cette technique est un des piliers du maki-e et s’est développée dès le XIVème siècle. Le laque épais « Hakushita-urushi » est teinté dans la masse de poudre d’or et donne  « Kin-taka-maki-e » (moins fréquemment d’argent « Gin-taka-maki-e ») ; puis ce premier mélange est épaissi par l’ajout de matière poudreuse (ex : charbon de bois, étain…) pour créer une peinture légèrement en relief, appliquée sur une couche durcie. Le relief est accentué par la superposition des couches, puis le tout est recouvert de laque translucide pour la finition. Le résultat est un dessin dont on devine la profondeur à travers les couches de laque.

Le Taka maki-e est une technique importante que l’on retrouve dans beaucoup d’autres modèles (Sailor ou non Sailor). Voici concrètement ce que cela donne pour l’Hiver sous les Etoiles :

togidashi makie en 70 ppp

2 – Togidashi-maki-e :

 Généralités : c’est la mise en valeur d’un décor par un polissage répété. Le principe général est de recouvrir le support préparé (le « fond ») de plusieurs couches de laque noir ou or/argent uni, d’y peindre ensuite le décor maki-e avec un laque coloré comme repère, puis de saupoudrer dessus de la poudre d’or « kin togidashi » ou d’argent « gin togidashi ». Dans le cas de décors aux nombreuses couleurs, on parle de « iro-togidashi » à base de poudres de pigments. Cette première phase donne un décor en léger relief. Puis l’artiste recouvre tout l’objet du même laque employé pour la première couche, et dégage son décor en polissant les zones vierges, jusqu’à l’obtention d’une surface lisse et très brillante. Toutes les couches sont couvertes d’un laque spécial « rose urushi », poncé dans le processus.

Le « togidashi » est long et fastidieux ; c’est un travail haut-de-gamme qui est employé pour les pièces luxueuses.

Voici le schéma pour compléter l’explication du luxueux togidashi maki-e :

togidashi_makie

 

Dans le cadre de l’Hiver sous les Etoiles, voici l’effet obtenu grâce à l’usage du Togidashi. On voit bien les différentes couches de laque urushi avec pour chacune d’elle les poudres d’or et d’argent qui apparaissent plus ou moins nettement selon leur profondeur. Le Togidashi donne ainsi cette idée de « relief » dans un support plat. C’est un peu comme si l’on devait observer les fonds marins dans une mer très claire avec les points en suspension qui apparaissent plus ou moins lumineux selon leur profondeur.

togidashi_wuts_2

3 – Shishiai-togidashi-maki-e :

 Généralités : cette méthode complexe est réputée comme la plus difficile, car elle combine plusieurs techniques, le plus souvent pour une scène ou un paysage. Ce procédé permet de faire ressortir certains détails du motif, et de leur donner une profondeur ou une perspective que la composition en à-plat et en un seul bloc ne peut pas offrir ; l’artiste peut faire ressortir le premier plan, ou certains détails,  en les décomposant dans les différentes couches de laque, et en révélant chacune d’elles par le polissage Togidashi (voir ci-dessous). Certains motifs  sont travaillés en à-plat (hira-maki-e), d’autres en relief (taka-maki-e) avec très souvent des inclusions d’éléments semi-précieux qui font appel à d’autres techniques maki-e. Ce procédé demande beaucoup de temps en tenant compte aussi des temps de séchage entre chaque étape.

Sur le modèle l’Hiver sous les Etoiles, la combinaison du Taka pour les paysage avec le pin sous la neige, ainsi que le ciel et les collines sur l’horizon et le ciel de nuit en Togidashi maki-e donnent ce relief accentué.

Pour un modèle « moins haut de gamme », l’artiste aurait utilisé à la place du Togidashi maki-e la technique « Hana maki-e » qui consiste à englober une couche unique de poudres (or ou argent ou, or et argent) avec une laque très transparente.

4 – Autres techniques utilisées pour l’Hiver sous les Etoiles :

4.1 – Raden :

Généralités : cette technique consiste à incruster dans un fond, ou  à coller des éléments provenant d’un coquillage généralement ou d’un autre élément marin. C’est surtout la nacre qui est employée. On peut citer le « kijiraden » incrustation directement dans le support ou la couche supérieure de fondation ; le « kiseki raden » mêlant les éléments de coquillages à des pierres précieuses. Des termes spécifiques désignent  les épaisseurs de coquilles : les plus épaisses sont dites « atsugai raden », les moyennes « chu-gai » et les plus fines « usugai raden » ; pour obtenir ces différentes épaisseurs, les coquillages subissent une préparation et sont même bouillis pour être démantelés en fines lamelles. Voir aussi la technique « Aogai », associée au Raden. Les plaques de nacre assez grandes sont rares car difficiles à obtenir (voir la deuxième photo). La superbe nacre bleu-vert de l’ormeau  (« awabi » en nippon, ou abalone en anglais) est très appréciée dans les pièces maki-e ; cet ormeau japonais offre une palette de couleurs remarquable et plus étendue que les autres espèces du genre (dont « Irogai »). D’autres espèces sont fréquemment employées, comme « Yakougai »  ou Turbo, une sorte d’escargot marin (Lunatica Marmoratus), qui offre une nacre aux reflets irisés intenses sur un fond vert pâle ou crème. Toutes les inclusions d’éléments d’origine marine se nomment « Umemono ».

Pour l’Hiver sous les Etoiles, le raden apparaît très nettement pour symboliser des étoiles dans le ciel. On voit également des inclusions en raden sur le corps du stylo dans ce qui apparaît comme étant la mer.

4.2 – Bokashi :

Généralités : -Bokashi-maki-e  暈蒔き暈蒔き ou maki-bokashi: sous ce nom, 2 effets possibles :                     pour rehausser un motif, l’artiste parsème, en soufflant dans son tsutsu (tige de bambou) un mélange de 2 poudres ou paillettes de granulométries différentes d’or ou d’argent, des bords vers l’intérieur du motif ; cette technique difficile crée un effet de dégradé et fait ressortir les contours. Autre effet : le dégradé de paillettes est composé sur un laque coloré, en « pluie », sans chercher à créer un motif, mais pour « ombrer » une zone.

Pour l’Hiver sous les Etoiles, on voit bien le bokashi créé avec un mélange de poudres d’or et d’argent ; plus de poudres d’or autour de la jonction de l’agrafe et plus de poudre d’argent en haut et en bas (Gin-bokashi).

5 – L’artiste Ikki Moroike

Monsieur Ikki Moroike est né en 1962 dans la Préfecture d’ Ishikawa au Japon. Après ses études dans une école d’art, il est entré en apprentissage de 1980 à 1986 auprès du maître maki-e réputé Monsieur Ikkou Kiyose, à Kanazawa (capitale de cette préfecture, et ville réputée pour son art maki-e et ses cérémonies du thé depuis l’ère Edo, au 17ème siècle).

Puis il s’est installé à son compte à Kaga, dans la même préfecture ; dans le même temps, il a présenté son art lors d’expositions organisées par l’institution « Yamanaka Lacquer Art Craft Maki-e » ; il a remporté le premier prix de nombreuses fois sur plusieurs années. La ville de Kanazawa a sélectionné cinq de ses œuvres pour son exposition permanente d’œuvres récompensées, et la ville de Kaga a fait de même pour deux de ses créations.

Dès 1988, ses œuvres ont été sélectionnées par la prestigieuse « Exhibition of Japanese Traditional Lacquer Art Craft », organisatrice d’expositions nationales. Monsieur Ikki Moroike a eu l’honneur en 1994 de voir une de ses œuvres achetée par la famille impériale.

Depuis 1999, Monsieur Ikki Moroike est membre de l’Association d’Artisanat d’art du Japon « Japanese Art Crafts Association ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.